Historique des plongées dans Font estramar.

1951 - 1957




La vasque - 1955

 


Jacques Dupas sous l'eau 1955

1949
La première plongée est effectuée par M. Dupas et Geroges.

1951
Le 21 mai, une équipe dirigée par Jacques-Yves Cousteau (Bezaudin, Chauvin, Dupas, Ertaud, Huot et Piovanno) entreprend une série de plongées.

«  Le puits vertical amène Dupas et Bezaudin dans une salle noyée à 14 mètres de profondeur. Déroulant une corde-guide, les deux plongeurs atteignent 25m et le conduit s'enfonce encore.


topo A. Bonneau

La deuxième équipe, Cousteau et Piovanno découvre la galerie sud, qui portera le nom de Piovanno, et atteint après 60m de parcours 30m environ. Le conduit continue à descendre.

En remontant, cette équipe découvre une nouvelle galerie qui s'enfonce en direction du nord.

Le 30 mai, le groupe est renforcé du capitaine de corvette Chauvin et du lieutenant de vaisseau Huot, commandant de bathyscaphe.

Huot et Piovanno explorent cette galerie nord jusqu'à 20 m environ, malgré de très grosses difficultés. Un incident les oblige à remonter et à céder la place à Cousteau, Ertaud et Dupas. Ce dernier plongeur atteint 30 mètres.

Vers le soir, Huot et Piovanno battent le record dans la galerie sud en atteignant, après 70m de parcours, la profondeur prodigieuse de 45 mètres sans pour cela toucher le fond du puits.

Liés à un matériel poussé à ses possibilités extrêmes, les hommes ne peuvent faire mieux. »

Exploration de Font Estramar par le club subaquatique Côte Vermeille.

D'après les données communiquées par M.André Bonneau.

Plongée juillet 1953.

Reconnaissance de la vasque du point central des galeries Nord et Sud jusqu'à 20 mètres.

1954

Exploration de la galerie Sud jusqu'à 40 mètres. Premières photos avec le professeur Ivanoff.

1955

Relevé schématique en coupe de l'ensemble avec descente dans la galerie Sud jusqu'à 50 mètres, le matériel de l'époque ne permettant pas d'aller plus loin !


Guiter Chignard Girault Clouzot Goiran 1956

Une équipe composée de Haroun Tazieff, le lieutenant de vaisseau Carchereux et les deux frères François et Jean-Claude Guiter, entreprend une descente dans le gouffre.

A la remontée, le plongeur J.Claude se perd.

Je suis appelé à intervenir, mais les recherches restent vaines malgré quatre jours de recherches.

Le 8/07/1955, la municipalité de Salses prend un arrêté interdisant l'accès au gouffre.

Sur la demande de la famille, une nouvelle expédition est organisée en avril 1956 durée deux jours sans résultats.

« Buts de l'expédition


Y Girault et André Bonneau 1955

L'opération Font Estramar a pour but de vérifier l'hypothèse résuktant des recherches faites en juillet qui laissent supposer que le coprs de J.C.Guiter ne peut vraisemblablement se trouver qu'à l'extrémité de la galerie H.

Les limites de cette exploration sont fixées à la partie verticale de celle-ci.

En aucun cas un plongeur ne devra s'aventurer plus loin si la galerie prend une orientation autre que la verticale.

En cas de découverte du corps, le plongeur relèvera le position de clui-ci, un conseil décidera alors si l'on peut procéder au retour.

En cas d'échec de la quatrième plongée, il semble qu'il devra être abandonné toute idée de recherche, la limite raisonnable de sécurité étant atteinte pour une telle opération. »

La décision est prise de murer la galerie dans laquelle s'est perdu le plongeur.

1957

Je décide de faire un film en couleur sur ce gouffre, durée 8 mois de travail durant le week-end.


Y Girault, M Guiter, prefet Justin

L'O.R.T.F. participe à l'opération en apportant son soutien pour le tirage et le développement du film qui sera ensuite diffusé par l'O.R.T.F. et la R.A.I.

A la suite d'une visite du mur de la galerie, je découvre une palme.

Nous reprenons les recherches et découvrons le corps coincé dans une cheminée du puits.

Les moyens de l'époque ne permettant pas de progresser, nous avons cessé cette exploration.

Ont participé à ces plongées :

André Bonneau, Etienne Carchereux, François Clouzot, Dendauw, Frédéric Dumas, Jacques Dupas, Yves Girault (secrétaire de l'Office Français des Recherches Sous-Marines de Marseille), Henri Goiran (O.F.R.S.M.), François et Jean-Claude Guiter, Labath, Henri Marty, Michel Paureau, Marcel Perpigna, Piovano, Haroun Tazieff, Thomasie

Suite à l'échec des recherches menées pour retrouver le corps du plongeur disparu en 1955, la commune prendra un arrêté interdisant la plongée dans cette émergence.


croquis Touloum 1977

 



1955 A Bonneau chef d'exp, Henri Marti et Marcel Perpigna


1957


André Bonneau 1956 camera


André Bonneau 1953


André Bonneau 1955


Etienne Carchereux 1955

 


Marcel Perpigna 1954


mise à l'eau 1956

 


tournage 1956 marcel perpigna


tournage 1957


Yves Girault