Le Peyraou de Chadouillet
"petit minou chatouillé mais pas gagné"

- juin 2005 -

 

par Jean-Marc Belin


vers le siphon, par Richard Huttler

 

En 2003, au cours d'une plongée solo en circuit ouvert, je butais à 505m/-38m sur une étroiture englaisée, après avoir poursuivi l'ancien terminus de Frank Vasseur que d'une dizaine de mètres. La déception était grande mais rien n'est jamais définitif

En février 2005, Frank décidait de « revoir » ce terminus et, quelques mètres avant l'étroiture, il trouva la suite au plafond. Une fracture ascendante grimpe jusqu'à -25 où le conduit se prolonge en pente douce jusqu'à -16m. Arrêt à environ 550m de l'entrée sous paliers, soit 50m de première.

par Richard Huttler

Peu de temps après John Volanthen (U.K.), en recycleur Inspiration, confirmait la tendance ; le siphon continue à remonter graduellement. Par courtoisie, John n'avait fait que quelques mètres supplémentaires laissant la primeur à l'équipe qui travaillait dessus depuis plusieurs années.

Cette fois-ci pas de doute : le siphon va sortir, la prochaine sera la bonne. Par contre, nous décidons que la prochaine pointe se fera à deux et avec nos recycleurs Inspiration.

 

Juin 2005

Le mercredi 15 juin, Jacques Bonpascal, Jean-Luc Armengaud et Frank Vasseur installent la ligne de décompression de sécurité (oxygène, Nx50%, Tx40/20 et Nx30 entre -6 et -30m) et déposent également deux bouteille de trimix fond (Tx15/50) qu'il faudra emmener 300m plus loin le jour de la pointe. Ces bouteilles permettront un retour en circuit ouvert si nécessaire.

Le samedi 18 juin

Mehdi Dighouth et Kino Passevant s'immergent les premiers afin de placer les deux bouteilles de trimix fond à 300m/-48m, juste avant le puits. Kino interrompra rapidement sa plongée sur incident de sa machine et c'est Mehdi qui se chargera seul de la tâche.

30' plus tard Frank et moi nous immergeons en recycleur avec deux bouteilles de 10 litres de Tx15/50 chacun plus une 3 litres d'oxygène de secours.

On croise notre compère qui nous fait signe qu'il a accompli le travail. Tout baigne.

La progression est lente et régulière (tout à la palme) et nous atteignons la fracture ascendante découverte par Frank avec 5 minutes d'avance sur nos prévisions. Nous sommes alors dans la zone de décompression et nous remontons progressivement jusqu'au terminus à -16m. Comme convenu, j'attrape le dévidoir et j'installe le fil pendant que Frank suit et topographie.

La galerie, calquée sur des fractures, remonte graduellement jusqu'à -6. Elle est tapissée de talus argileux. On trouve alors un beau canyon aux parois claires dont le sol se dérobe. Rien en plafond, la suite est en bas. On descend à -11 sur de gros blocs, et après une petite chicane, la galerie change de morphologie. 4m de large, 2 à 3 de haut, plus la moindre trace d'argile, le conduit file plein nord en remontant sensiblement.

Nous arrivons au bout du dévidoir de câble. Raccord avec le dévidoir de fil d'Ariane et poursuite jusqu' à un virage vers l'ouest. Nous venons de dérouler 130m de fil et sommes à -4m. Mais la suite change, ça redescend. Nous avançons encore de 5m jusqu'à une autre fracture perpendiculaire. Là aussi, la suite est au sol, il faut descendre d'encore 4m au moins.

Nous stoppons, à -6m à 685m de l'entrée, dans une galerie splendide et translucide. En cas de panne ici, nous serions peut-être un peu "juste" pour rentrer avec les bouteilles de sécurité dont nous disposons.

Aussi bien le siphon sortira dans une cinquantaine de mètres. Nous le saurons la prochaine fois, mais il faudra mettre en oeuvre des propulseurs. Le retour se passe sans encombre. Nous récupérons au passage les blocs de sécu et les ramenons près de l'entrée à -30m, il y aura moins de travail pour demain.

Et nous émergeons après 3h20 passées dans l'eau. Les recycleurs ont parfaitement fonctionné et nous avons consommé 100b d'oxygène sur la 3 litres, 100b d'air sur la 3 litres (bouée et combinaison) et 20b de diluant trimix sur la 10 litres.


on saute

, par JL. Galera

 

Soirée grillades au feu de bois et couchage à la belle étoile, la tête pleine de rêve.

BADABOUM, BADABOUM, Huuuurrrhhhhhhhhhh  ##!@#ùù.
Bon sang qu'est-ce qui se passe ? Il est 5h du matin et Frank vient de dénicher un sanglier qui venait renifler trop près de son hamac. Le cochon surpris par la lumière traverse le camp en hurlant. Le choc passé, je me rends compte que j'ai envie de pisser mais je n'ose plus descendre de mon filet

Dimanche matin, récupération des blocs puis report topo et recherche GPS. Nous sommes allés localiser le point terminal en surface et avons prospecté le secteur. Quelques fractures dans des lapiaz pourraient s'avérer intéressantes à désobstruer.

Merci à tous pour ce sympathique week-end, riche en explos mais aussi en dégustations culinaires et aventures nocturnes avec la faune locale :-)

Participants :
Jean-Luc Armengaud, Pierre Barel, Jean-Marc Belin, Jacques Bonpascal, Mehdi Dighouth, Jean-Louis Galera, Christian Moreau, Kino Passevant, Michel Valentin, Frank le cancre, Dominique Victorin, Laurent, Marie-Laure et Alexandre Ylla.

 

 

 

 

 

 

la galerie d'accès par Richard. Huttler

au bord de la vasque, par Richard. Huttler

après la branche B. Leger, par Richard. Huttler


transport des recycleurs, par Richard. Huttler


Equipement dans la galerie, par JL. Galera


Equipement dans la galerie, par JL. Galera


prêt à partir


report topo dans la foulée, par JL. Galera