Grotte de la Vipère

•  juillet 2006

  par Jean-Marc Belin

une partie de l'équipe, par Pascal Bertozzi



Cette expédition d'une semaine, organisée par Dominique Victorin et l'aide du CD81 FFESSM, est le fruit d'une énorme collaboration entre une équipe de plongeur du comité Pyrénées-Méditerranée de la FFESSM et les spéléo du Tarn.

L'accès

La grotte de la Vipère est située en rive gauche de l'Aveyron, à hauteur du moulin de Cazals désormais transformé en base de canöé.

L'accès se fait par un passage maçonné qui passe sous la route et abouti à la cavité naturelle. Il faut noter qu'il existe également une grotte au dessus de la route qui communique avec la partie inférieure par un passage qui n'est plus utilisé.

On peut atteindre l'entrée de la Vipère directement par la rive gauche ou en traversant la rivière depuis la rive droite. Une fois arrivé dans la première petite salle, les choses sérieuses commencent. Il faut franchir un passage bas d'environ 8m de long, puis une fracture inclinée assez mince. Sans matériel, la traversée se fait bien, mais avec du gros matériel, il faut un peu de doigté.

On arrive ensuite sur une pente rocheuse glissante qui a été aménagée en 2006 par le CDS81. En 2005, on a compté plus d'une chute et grillé pas mal de calories à cet endroit. Mais depuis, la galerie a été aménagée par les spéléos du Tarn qui ont placé quelques marches bienvenues.

Vient ensuite « l'enfer de Verdun », une galerie d'environ 100m de long où il faut patauger dans une boue épaisse et collante avant d'atteindre la vasque du 1 er siphon. Nous sommes alors à 140 mètres de l'entrée.

 

L'accès de la cavité n'est pas facile, surtout lorsqu'il faut transporter du matériel lourd et fragile comme les recycleurs et les propulseurs. Pendant toute la journée du samedi, les spéléos du CD81 FFS transporteront des centaines de kilo d'équipement jusqu'à l'entrée du siphon n°1, tandis que Dominique, Samuel, Eric et Cedrik franchiront le siphon pour acheminer les propulseurs et les blocs de secours jusqu'à l'entrée du deuxième siphon. Dimanche, Claude et Nadir plongeront dans le 2 ième siphon pour déposer 3 bouteilles de sécurité à 300, 600 et 900m de distance.

Lundi 3 juillet

La Suisse et l'Allemagne ouvrent le bal. Il ne s'agit pas de la coupe de monde de football mais de l'exploration du deuxième siphon de la grotte de la Vipère.

André, Peter et Thomas s'immergent dans le siphon n°2. Ils ont chacun un recycleur Kiss et leur propulseur Silent Submersion. Ils emportent le compas et un dévidoir Bardes de 400 mètres, étiqueté à partir de 1150m, point ultime de l'exploration 2005. Ils emporteront également une bouteille de secours chacun qu'ils déposeront à 1200 et au terminus de leur exploration, ce qui finira de sécuriser la galerie.

Alors que nos plongeurs sont partis pour plusieurs heures, l'équipe du « mardi » en profite pour terminer l'acheminement et la préparation de ses deux recycleurs Inspiration.

Accès au deuxième siphon

Le premier siphon fait 200 mètres de long. La profondeur maximale est de 11m. Ce point s'atteint à la fin de la traversée, juste avant la remontée vers la surface.

Le siphon est large et présente plusieurs changements brusques de direction.

Plusieurs passages sont de toute beauté mais, après une semaine d'aller-retour, la visibilité est réduite à moins d'un mètre.

La galerie entre le premier et le deuxième siphon mesure 40 mètres. Un talus « sportif » oblige les plongeurs à un petit effort physique avant de retrouver l'eau.

Ce n'est que 5h après leur départ, que nous verrons ressortir la première équipe. Ils semblent fatigués mais heureux : 200m de plus ! Arrêt à 1350m et ça continue !

Sur le retour, ils ont transporté leurs lourds propulseurs entre le S2 et le S1, ce qui évitera à l'équipe d'assistance d'avoir à replonger pour les récupérer.

On ressort les recycleurs et les propulseurs de la cavité. On a bien mérité une bière au café d'en face.

La topographie a été levée et le report sera fait le soir même.

Pascal, le spéléo loueur de canöé, vient aux nouvelles, c'est qu'il commence à être drôlement long ce siphon du Tarn.

Mardi 4 juillet

C'est au tour de la France de porter l'estocade. Frank et Mehdi s'immergent avec leur recycleurs Inspiration et leurs petits propulseurs UV18. Ils savent que l'autonomie est insuffisante pour parcourir la galerie jusqu'au terminus. Ils abandonneront les scooters à 1000 mètres et continueront à la palme.

Ils emportent un nouveau dévidoir de 400m en plus de celui de la veille sur lequel il restait 200 mètres de fil.

La distance devient conséquente et l'attente est longue pour ceux qui guettent leur retour.

Ce n'est que 6h après leur départ que les 2 compères ressortiront le sourire aux lèvres : 550 mètres de plus et ça continue encore dans une eau translucide qui contraste avec celle du départ. La galerie a souvent des dimensions de 4m par 3m, c'est énorme. Arrêt à 1895 mètres dans le S2, à -2,5m de profondeur. C'est qu'elle commence à prendre une sacré tournure cette Vipère.

Mercredi 5 juillet

Il était prévu une journée de repos mais nos deux Suisses sont remontés comme des coucous. On leur transporte leurs propulseurs UV26 et ils repartent plein d'espoir.

Et ils ne seront pas déçus car ils sortiront le siphon à 1962 mètres. De plus, ils topographierons 200 mètres de galerie sèche et en explorerons 100m de plus, légèrement gazée au CO 2 . Arrêt sur rien, mais la galerie devient bas de plafond

On ressortira à nouveau les recycleurs et propulseurs avant de se nettoyer et rafraîchir dans la rivière pour se débarrasser de toute cette boue accumulée dans l'entrée de la cavité.

Ça discute fort au bar. La distance est importante mais la motivation reste intacte. C'est décidé, on prend une journée de repos, Les Suisses nous prêtent leurs scooters à grande autonomie et une dernière tentative aura lieu vendredi. On en profitera également pour faire des photos.

Historique

  • 1957 : première tentative de pompage
  • 1957 (octobre) Plongées de J. Cobos
  • 1962 ! deuxième pompage. Permetde franchir le 1 er siphon en voute mouillante et de lever la topographie.
  • 1985 P. Lance atteint la cote 800m et sort dans un lac sans suite au-dessus d'une trémie.
  • 2002 Dominique Victorin redécouvre cette cavité.
  • 2003 premier ré-équipement jusqu'à 250m dans le S2
  • 2004 Repérage pour une expédition l'année suivante
  • 2005 expédition régionale Pyrénées Méditerranée FFESSM d'une semaine qui permettra de trouver la suite dans le S2 et d'atteindre 1150m.
  • 2006 expédition « plongeesout » organisée par Dominique Victorin qui permettra de sortir le deuxième siphon à 1962m, puis d'explorer 250m de galerie exondée.

Jeudi 6 juillet

Pendant que la majorité de l'équipe se repose, quelques membres se préparent à reconnaître une galerie latérale repérée lors des plongées précédentes. Deux journalistes de FR3 les accompagneront dans les parties exondées afin de faire un reportage pour le journal régional du Tarn. Ils sont courageux ces journalistes. On leur prêtera des bottes et une sur-combinaison et ils n'hésiteront pas à faire traverser leur caméra dans cet enfer de boue pour accompagner les plongeurs dans leur immersion.

Jean-Marc et Christian s'immergent en recycleur rEvo et Inspiration pour une reconnaissance qui ne doit pas dépasser 2h30.

La galerie prometteuse ne sera pas explorée ; trop petite et trop argileuse. D'ailleurs d'autres départs du même type seront repérés à 180 et 200 mètres.

Vendredi 7 juillet

On s'organise pour la dernière pointe. Dominique et Christian feront traverser les propulseurs et les transporteront jusqu'au départ du S2. Ils en profiteront pour ramener un propulseur UV18 de secours qui n'aura pas servi.

Frank et Mehdi s'immergent avec le matériel topo et photographique.

Ils atteindront bien la galerie exondée au-delà du S2, mais les récentes pluies ont renforcé la présence du CO 2 et, malgré plusieurs tentatives, celle-ci est réellement irrespirable. Nous n'aurons donc pas de nouvelles découvertes mais les nombreuses photos permettront à tout le monde de se faire une idée de la beauté et de la taille de la galerie. Les 7 bouteilles de sécurité seront ramenées jusqu'à l'entrée du S2.

Le soir, tout le monde est devant la télé pour suivre les infos régionales. Malheureusement, nous sommes dans le Tarn & Garonne et la diffusion aura lieu dans le Tarn. Il faudra qu'on se procure la vidéo.

Le soir, l'équipe de spéléo du Tarn nous a rejoint pour un petit repas festif. On projette les photos et le report topographique qui a été fait dans la foulée des explorations. Les commentaires vont bon train. Ce siphon est le 5 ième plus long siphon de France et sans doute l'un des plus long qui n'ait jamais été franchi. Et tout ceci dans le Tarn. Il s'agit bien d'une découverte majeure pour un département qui n'était pas réputé pour de tels réseaux.

Samedi 8 juillet

Les explorations sont terminées pour cette année mais il faut récupérer tout le matériel et le nettoyer dans la rivière. Un dernier effort avec les collègues spéléos en renfort et le matériel sera bientôt rangé dans les véhicules.

C'est sans doute la première exploration française d'envergure mettant en jeu 7 recycleurs et 6 propulseurs pendant une semaine. Si les Suisses et Allemand ont choisi de ressortir leurs recycleurs chaque soir, les français ont choisi de les laisser au fond de la galerie. L'avantage est immense ; seules les bouteilles de 3 litres seront remontées et rechargées tous les jours ainsi que les cartouches de chaux sodée. Le gonflage sera réduit à sa plus simple expression.

La grotte de la Vipère est un superbe réseau mais elle se mérite. Les difficultés d'entrée la protègeront sans doute longtemps des visites souterraines touristiques.

Participants

Plongeurs

  • André Gloor plongeur KISS
  • Pedro balordi plongeur KISS
  • Thomas Baum plongeur KISS
  • Samuel fernandez
  • Claude Romane
  • Nadir Lasson
  • Cedrik Bancarel
  • Eric Julien
  • Mehdi Dighouth Inspiration + UV18
  • Frank Vasseur Inspiration + UV18
  • Dominique Victorin rEvo
  • Jean-marc Belin rEvo + UV18
  • Christian Moreau Inspiration
 

Coté technique

  • 3 recycleurs Inspiration
  • 3 recycleurs KISS
  • 2 recycleurs rEvo
  • 3 propulseurs Silent Submersion UV18
  • 2 propulseurs Silent Submersion UV26
  • 5 blocs de secours déposés dans la galerie tous les 300m
  • 7 blocs de diluant pour les recycleurs
  • 5 blocs de 7 et 9l pour traverser le S1
  • 2 bi-9l pour transporter les propulseurs dans l'inter-siphon
  • 1 bi-20l utilisé le 1 er jour pour déposer des blocs de secours.
  • une douzaine de kit de portage « résurgence »
  • 4 dévidoirs Bardes
  • Des ordinateurs portables, un video-projecteur,

Remerciements

Portage

  • David Dohin (Abimes CDS81)
  • Lionel Thierry (Abimes CDS81)
  • Benoit Mouysset (Abimes CDS81) l'Indien -
  • Joel Doat (Abimes CDS81)
  • Sylvain Boutonnet (Abimes CDS81)
  • Christian Nespoulous (SSPCV CDS81) nestor -
  • Maxime Mocinaro (Abimes CDS81)
  • Stephane Najac (Abimes CDS81)
  • Fabrice Rozier (Ours CDS81)
  • Nathalie Carivenc (EST CDS81)
  • Cassandre Lerevenu (Abimes CDS81)
  • Bruno Bardes
  • Armand Beglomini
 

Aides matérielles, logistiques et financières

  • Philippe Lance - informations
  • Bruno Bardes dévidoirs
  • Jean-Luc Soulayres booster oxygène
  • Procean lampes barbolight
  • Spéléo Club des Causses kit de portage
  • Combinaisons Topstar
  • UFP pour la mise à disposition de bouteilles alu de sécurité
  • Silent Submersion pour ses scooters de grandes qualités
  • Pedro Balordi et André Gloor, pour le prêt et la mise à disposition des deux scooters Submerge UV26 à grande autonomie.
  • Comité régional Pyrénées-Méditerranée FFESSM, Codep12, CDS 12
  • Camping des Anglars
  • Pascal Bertozzi (canoe)

Couverture médiatique

Ces expés ont fait l'objet de reportages dans :

  • La dépêche du 10 juillet 2005
  • France 3 Sud (édition du Tarn) vendredi 7 juillet 19/20 (Thierry Villeger et Stéphane Hébrard)
 


La grotte au-dessus du siphon, par JM. Belin

 


Portage by Plongeesout

 


Acheminement du matériel, par Eric Julien

 


Transport des propulseurs Submerge,
par JM. Belin

 


Conditionnement et transport des propulseurs, par JM. Belin

 


Le passage de la faille inclinée,
par Pedro Balordi

 


On s'installe comme on peut, par JM. Belin

 


Equipement dans la boue, par JM. Belin

 

 


Le S2, par Frank Vasseur

 


Le S2, par Frank Vasseur

 

 


Le bonheur de ressortir au soleil, par Pascal Bertozzi

 


La carte au trésor