Foux de POMPIGNAN

 

Pompignan - Gard

Carte IGN 1/25000 2742 EST Claret
X=721,94 Y=176,29 Z=218m
Coordonnées GPS : N 43°52.673’ E003°51.283’
Développement 305m
Dénivellation 35m (-20;+15)
Topo
par Cyril Marchal

 

Situation

3 km après Saint-Mathieu de Tréviers, bifurquer sur la D17e direction Valflaunes et monter sur le causse par la petite route sinueuse.
Au premier embranchement, poursuivre sur la D.17e direction POMPIGNAN jusqu'à l'extrémité septentrionale du causse que la route dévale en serpentant.

Au bas de la descente, alors que la route revient à l'horizontale, prendre sur la gauche un petit chemin en mauvais état qui, après avoir traversé deux fois le ruisseau, le longe jusqu'au pied de l'escarpement.
La vasque d'entrée se situe au terminus du chemin, à la base d'une alcôve rocheuse.

Historique

Le 07/10/1950, Henri LOMBARD reconnaissait la source sur 65m, puis M.POUXDEVIGNE (ASNimoise) poussait l'exploration jusqu'à 92m pour -16m.
Le GEPS, après avoir reporté une plongée prévue en 1970, poursuit en 1972 jusqu'à une étroiture.


23-06-1979 plongeurs de l'asn,
par dominique vautie

En 1979 Patrick PENEZ et Fred VERGIER franchissent la zone d'étroitures à laquelle ils découvrent un shunt et portent le développement à 260m, point bas -20m. L'ASN tente peu aprés un pompage peu fructueux limité à l'assèchement de 80m de galeries.

Le 20/03/1993, les plongeurs de l'Association CELADON (C.BAGARRE, G.LORENTE, B.NARANJO, F.VASSEUR) franchissent l'étroiture terminale à l'anglaise, trouvent la sortie du siphon (175m) et remontent une diaclase exondée sur 15m, arrêt sur colmatages.

Description

La vasque d'entrée, peuplée d'une sympathique faune batracienne, se prolonge par un cône d'éboulis parfois instable jusqu'à un rétrécissement ponctuel.
Un redan vertical (2m) rejoint une jolie salle sur laquelle se greffe la diaclase principale qui détermine la cavité.

Après 45m de progression, un départ latéral en rive droite remonte sensiblement, puis plonge à -15 pour sortir dans une fracture où un seuil rocheux haut de 2m précède une nouvelle vasque, à l'aplomb du conduit principal. De retour au carrefour, la galerie principale se prolonge en descendant graduellement dans la fracture.

A 75m, un départ latéral (rive droite) remonte dans une petite salle, shuntant la zone d'étroitures qui débute à 80m. Par ces étroitures, le conduit se dédouble à 90m puis se confond en une diaclase unique qui rejoint le départ du laminoir, à 120m.

Après le bref volume noyé, la fracture plonge à nouveau jusqu'à -18 où deux départs viennent se greffer à main droite (débouché de la zone d'étroitures). Durant la descente, à la faveur d’un cran de remontée ponctuel, un e cheminée remonte jusqu’à une surface, prolongée en exondé par une fracture étroite.

A 120m, un laminoir argileux se développe ensuite en interstrate avant de recouper une diaclase ponctuée d'étroitures.
A 145m, un vaste volume noyé remonte à -8 où une chatière verticale débouche dans un élargissement bienvenu.

Il faut alors repartir vers le Sud pour trouver la galerie ténue qui sort dans une vasque modeste (2x0,8m).

La diaclase grimpe à l'air libre par redans successifs, jusqu'à un étage horizontal colmaté à l'Ouest par l'argile et à l'Est par une dangereuse trémie suspendue au-delà de laquelle le conduit semble se prolonger. A noter aussi plusieurs départs très étroits calqués sur de micro-fractures.

Recommandations

Des dépôts ponctuels de sable limoneux et d'argile réduisent la visibilité à la hauteur de certains passages.
Se méfier du fil qui n'emprunte pas toujours les portions de galeries les plus confortables, ainsi que des raccords au niveau des carrefours.
Pour progresser au-delà de 120m, la technique anglaise (bouteilles le long des jambes) semble la plus appropriée à la morphologie du conduit (étroitures répétées et de forme variées).

La source alimente en eau potable les Mas voisins, lesquels tolèrent une fréquentation modérée. N'abusons pas de ce privilège.
Selon les périodes, il arrive que des chevaux soient parqués sur le terrain. Eviter les plongées dans ce cas-là.

 


F. Vasseur par R. Huttler

 


à 15m, par Richard Huttler

 


à 30m par Richard Huttler

 


à 50m, par Richard Huttler

 


photo R. Huttler, à 60m

 


photo Richard Huttler