Izvor Babuna

 

Solunska Glava

Coordonnées : 41 41 50 Nord 21 24 16 Est 1 500 m. d'altitude.

Développement : 455m. (dont 271 m . post-siphon).
Dénivellation : -25 m.

 

Localisation
Récit

La « slagopad » post-siphon dans Izvor Babuna. Photo. : Gordan POLIC.

 

Situation

Le sommet nommé Solunska Glava culmine à 2538m. d'altitude, à 25 kilomètres à vol d'oiseau au sud de Skopje. Plusieurs chaînes montagneuses convergent en ce point haut :

  • Karadzica (2217m.) au nord;
  • Dautica (2074m.) au sud ;
  • Mokra (ou Jakupica 2112m.) au sud-est.

On y accède par le sud, en découvrant le vaste amphithéatre de hautes falaises (750m. de haut environ) calcaires.
C'est d'ailleurs sur ce sommet, au-dessus de la source de la Babuna, que se trouve la cavité la plus profonde du pays (-400m.), explorée dans les années 70 jusqu'à un colmatage de glace. Il y aurait plus de 1000 mètres de potentiel spéléologique entre ce gouffre et la source de la Babuna.

De Skopje, descendre plein sud la vallée du Vardar jusqu'à Velès qu'il faut traverser. Bifurquer direction sud-ouest puis plein ouest, pour rejoindre Bogomila. Quelques kilomètres après Bogomila, la route goudronnée s'arrête pour faire place à une bonne piste qui s'enfonce dans la montagne. Au détour d'un virage nous apparaît le Massif de Solunska glava dans toute sa splendeur. Magnifique cirque de falaises de calcaire blanc, surplombant les versants de moyenne altitude couverts de forêts, il culmine à 2538 m. Monter pendant 15 à 20mn, jusqu'à un virage en épingle à cheveux, là où la piste quitte le versant gauche du cirque pour repiquer vers le sud. Un panneau indicateur précise l'endroit où deux véhicules peuvent être garés.

La marche d'approche se fait par un sentier surplombant le cours d'eau de 50 à 80 mètres, sur sa rive droite. Tracé à flanc de coteau, il monte doucement en sous-bois, avec quelques segments en plus forte pente. On atteint le canyon après 45 min ou une heure de marche.
La grotte de la Babuna s'ouvre en haut d'un canyon d'une centaine de mètres de long, au-dessus de la source de la rivière Babuna, en pied de falaise par un porche de 7 à 8 mètres de large sur 1m à 1m50 de haut.
A l'étiage, le niveau de l'eau se trouve 20m. sous l'entrée et alimente l'un des griffons qui forment la rivière Babuna. L'eau sourd d'un exutoire impénétrable, en rive droite du canyon, orienté sud.

Il faut remonter un talweg escarpé, actif en période de crue, pour atteindre l'orifice d'entrée. En crue, le débit interdit tout accès à la cavité.

Historique 

Un professeur de Mathématiques s'était intéressé au massif de Jakupica, mais ne connaissait pas la grotte.
La découverte et l'exploration se sont faites en deux temps :

Mai 1970 : découverte de l'entrée et exploration de 38m. de galeries. Arrêt sur un lac.

Septembre 1970 : nouvelle reconnaissance, equipé de chambres à air de tracteur. L'étiage est prononcé, dans le talweg, la source est tarie. L'exploration est plus aisée, et se prolonge jusqu'au siphon, partiellement désamorcé.

En Août 2000, l'expédition « Matka 2000 » explore 291 m après le franchissement d'un siphon de 20 m (-4). La rivière souterraine coule alors dans des galeries immenses (25m de haut, 8m. de large). Arrêt sur un siphon reconnu en apnée jusqu'à 4m.

Description 

L'article relatif à l'exploration de la cavité, rédigé par Nakov VANE (S.D.Peoni Skopje) en 1970, sert de base au texte ci-dessous (traduction : Gordan POLIC).
L'entrée mesure 1 m. de haut pour 6 m. de large. La galerie, orientée Nord, va en s'élargissant durant les six premiers mètres, encombrée de blocs.

La galerie chaotique se développe sur des dalles effondrées dans des dimensions confortables jusqu'au sommet du puits, à une quarantaine de mètres de l'entrée. Les amarrages sont en rive gauche. On descend un plan incliné d'une quinzaine de mètres, qui se verticalise sur la fin.
A la base du redan, une petite galerie remonte dans une salle grossièrement circulaire et concrétionnée, terminée en rétrécissements impénétrables.

Lors de la première exploration, le lac occupait toute la base de la verticale. A l'étiage, une belle dune de sable plonge dans un lac. En aval, une petite galerie s'engage vers l'Est puis Sud-Est durant 27m. . L'écoulement, audible même en période de sécheresse, disparaît sous une trémie pour alimenter la source du talweg.
En amont, un joli lac, orienté Nord-Est / Sud-Ouest varie également selon les saisons. Lors de la deuxième exploration, une voûte mouillante laissait entendre un fort bruit de cascade. L'exploration s'arrêtait là faute de moyens techniques, à 91m. de l'entrée.
Lors de nos deux plongées, le siphon se déverse dans la galerie aval.

L'eau est translucide, quelques dépots la troublent légèrement au retour. Le siphon est confortable (3x3m), il plonge à 4 pour un point bas ponctuel et remonte immédiatement (20m. ;-4).
On émerge dans une salle chaotique, qui se prolonge en hauteur, en rive droite sur une coulée encombrée de blocs. Une corde est à prévoir pour s'engager plus avant et sécuriser la descente.
Au sol, le ruisseau contourne les blocs et après un bref abaissement de la voute, on remonte une jolie galerie intime avec de l'eau à mi-cuisse. Jusqu'à 183m, le conduit prend de l'ampleur. Une petite salle encombrée d'un éboulis masque un temps le ruisseau.

On débouche ensuite dans le plus vaste volume de la cavité. Une superbe salle aux voûtes difficilement discernables (hauteur supérieure à 20m.), d'environ 10m. de large, remonte nord-ouest.
En remontant sur les blocs effondrés, on recoupe parfois le cours capricieux de l'écoulement.
Après la cote 229m., la fracture s'oriente plein nord en perdant de l'ampleur. Une escalade sur un chaos révèle une nouvelle élévation du plafond, à plus de 15m. . En rive droite, une escalade (5m) sur une coulée d'une blancheur peu commune permet de shunter un effondrement.
Ici, une cascatelle tombe des voutes et ruisselle sur les coulées.

En descendant en amont du chaos, on retrouve le cours du ruisseau, issu d'un lac, long de 18m., au bout duquel les parois se referment.
C'est un siphon, plongée en apnée jusqu'à 4m. qui stoppe les explorations.
A 4, le plafond se relève rapidement. Au sol, environ 3m. plus bas, une dune de sable gris est ridée de ripple-marks. La suite est là.

Observations

T° de l'eau = 6°c

Des niphargus, agglutinés les uns sur les autres autour de blocs au fond de la rivière, ont attiré notre attention. D'après Gordan, ce comportement inhabituel pourrait correspondre à une période de reproduction.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Rivière post-siphon dans la Babuna. Photo. : Gordan POLIC.