Handos Magarasi

 

Uzumdere, Akseki, Antalya

Altitude : 500m

Developpement : 1050m
Dénivelation : 69m (+33 ;-36)

Localisation
Récit

porche d'entree par frank vasseur


Situation

Grand porche perché, en amont de sahap Kopru, rive droite de la Manavgat.

Historique

Connue de longue date par plusieurs expéditions françaises et anglaises.

L'anglais Tom Gilbert y plonge en 1968 sur 60m. En juillet 1992 (expédition Manavgat 1992), Christian Bagarre, Claude Gilly et Frank Vasseur franchissent le siphon et explorent au-delà 900m de galeries accidentées (lacs, escalades, trémies).

Description (par Christian Bagarre)

Pour faciliter le transport du matériel de plongée, nous équipons en tyrolienne la montée au porche.

Le grand couloir amenant à la vasque nous laisse présager une belle première (hé oui, tout est beau).

Le siphon (120m;-18, température=14° excellente visibilité) sur 60m (-18) se présente sous la forme d'un laminoir, puis rapidement nous nous trouvons au pied d'un grand puits toujours noyé. Une courte galerie à 3 nous dépose en bas d'une galerie remontante. Ici nous déposons les bouteilles (d'air, pas de rouge) ,les palmes, le sécateur, le profondimètre, la boussole, le masque, le caisson étanche, bref la panoplie complète du parfait spéléonaute pour se transformer, comme Superman, en spéléologue. Une fois l'acéto allumée, nous nous ruons vers la première, mais un premier lac calme nos ardeurs.

Cela fait un an que nous attendions ce moment, vous ne pouvez pas comprendre. Rapidement, une cascade de calcite nous barre la route. Le moralomètre toujours optimiste, Enzo plante une paire de spits foireux, effectue un lancé de sangle folklorique et l'obstacle est déjoué. Deuxième épreuve, une étroiture ; Nous avons parcouru 4000 km pour casser une étroiture derrière unsiphon, même en France on ne le fait pas. Kermit se défoule sur le retrécissement qui ne fera pas long feu. Derrière, la grotte est très belle : formes très lisses, coulées de calcite aux formes très contrastées qui brillent en myriades d'étoiles à la lueur de nos regards.

Mais une nouvelle escalade nous ferme la route de la découverte, ce coup-ci, nous sortons le tapis volant et 9m plus haut, nous « renquillons » la galerie. Une petite trempette, un peu de marche à pied toujours dans des galeries généreuses (5 x 5m) et encore une escalade. Mince (ça veut dire merde en français lyrique), nous avons oublié le tapis volant en haut de l'escalade de 9m. Nous remettons les chaussons d'escalade et nous voilà en haut. Peu après, nous arrivons dans une grande salle encombrée de puissants colmatages argileux. Plus on avance, plus le réseau prend des dimensions intimes. Un petit lac, une trémie, puis nous butons sur un siphon. Kermit tentera une plongée en apnée, mais en vain, c'est fini pour nous.

 

 


escalade post-siphon par claude gilly

lac post-siphon par claude gilly

 

étroiture cendrillon par christian bagarree