A propos de TRUFFE...

paru dans Info-Plongée n°70 de Octobre 1995

 

par LUDOVIC GIORDANO

Deux expéditions en 1979 et 1980 avaient permis à CHOUQUET, VERGIER et PENEZ d'atteindre le 11 siphon dans lequel ils s'étaient arrêtés à -4m. sans trouver la suite. Puis, pendant 14 ans, Font del Truffe provoqua le plaisir des plongées dominicales.

Printemps 94, une expédition organisée par le CIAS m'a permis de franchir le 11 siphon, 120 mètres plus loin, accompagné de Bernard GAUCHE. Il est fort probable qu'un défaut d'éclairage n'avait pas permis à nos prédécesseurs de voir le départ. J'étais donc ressorti dans une petite vasque aux parois lisses. Un conduit fossile partait quelques mètres en dessous mais même Bernard ne se sentit pas d'attaque. Nous avions donc repéré le départ du S 12 avant de rentrer (cf. courrier d'information n° l du CIAS et Info-Plongée n30)

Automne 94, deux expés ont permis de progresser de 160 mètres, SWIERCINSKY Fred de 40 mètres dans le S 12 puis Bernard GAUCHE de 120m.

C'est en mai 95 après un pré-portage au S 6 que nous avons décidé de pousser l'exploration. Cette fois ci Fred a pris du matériel pour escalader le fossile du S 11 et moi suffisamment d'air pour partir au fond. Le niveau d'eau étant maxi (encore plus qu'en 94), nous avons été un peu juste pour atteindre le S 10 avec un bi 71. depuis le S 6. Sans problème nous y sommes en 5 H, 5 H 30. Frank avec ses bouteilles sur le dos et deux autres sous les bras a bien allégé nos efforts...

Je décide donc de plonger à l'anglaise car Bernard s'était arrêté sur une faille remontante et étroite. J'ai eu suffisamment d'air pour pallier à un débit continu sur un de mes relais que j'ai abandonné à Fred à la sortie du S11. A ce moment là, je ne suis enquillé dans le S 12 laissant Fred à son escalade.

Le scaphandre à l'anglaise est très vite devenu gênant, m'obligeant à poursuivre ma progression à l'égyptienne ; progression volontairement lente afin de repérer d'éventuels départs (je m'étais muni d'un petit phare 20 W sur le casque : j'avais l'impression d'être à Versailles ! !) Je déhanbulais au milieu de failles très profondes ou très hautes, mais impénétrables en suivant le fil de Bernard. A -30m. je trouve son amarrage au pied d'une diaclase, en effet impénétrable avec des bouteilles dorsales. J'attache mon fil et décide d'y remonter équipé à l'anglaise. Après quelques mètres (7 mètres) la faille était si étroite que j'ai été contraint de faire marche arrière et non sans difficulté. La touille qui descendait peu à peu laisse penser que le haut de la faille est colmatée. De toute façons il n'est plus possible de passer. Au retour, j'en profite pour m'avancer à deux reprises dans des diverticules rétrécissants laissant quand même le passage des cinq doigts de la main !!!

Je retrouve Fred à la sortie du SI 1, le niveau de l'eau étant très haut il aura fallu un spit et un étrier pour atteindre le fossile, mais celui-ci est colmaté par de l'argile. Décidément, peu de chances de poursuivre la progression de Font del Truffe.

Nous retrouvons Franck et Pascal encore étourdis de leurs rêves enchanteurs... Après un gavage au miel, crème de marron et Isostar, pour alléger mes crampes, nous rentrons avec une visi correcte et à bon pas. Un autre stop au S6 pour un casse croûte jambon et riz au lait (on ne se refuse rien!).

Heure de sortie 3 h. (du mat).

Durée de l'expé = 14 heures.

Ludovic GIORDANO