Grotte de Saint Marcel




 
Récit JP.Baudu
Etude hydrogéologique de l'Ardèche
Projet Ardèche 2001
Projet Ardèche 2002
Projet Ardèche 2003
Projet Ardèche 2004

 

Historique général (par Philippe Brunet et Marc Faverjon - 2006)

La grotte de Saint Marcel a été découverte en 1838. Elle a été parcourue comme beaucoup d'autres cavités par E.A. Martel puis R.de Joly qui y firent des découvertes importantes. Dans les années 1960 les belges de l'ESB reprennent les explorations au fond du réseau 1 et découvre le départ du réseau 2 conjointement avec le SGF. Dans les années 70 puis 80 le SGF réalise un travail important d'exploration et de topographie dans la cavité avec en particulier les explorations complètes des réseaux 2 et 3 et l'ouverture de l'aven Despeysse. En 1976 le SCSM découvre et explore le réseau 4.

A partir du début des années 80 l'initiative appartient surtout aux plongeurs avec quelques incursions ponctuelles depuis les réseaux 1 et 2. A partir de 1994, Philippe Brunet (AVENS) initie un travail de fond dans ce qui deviendra 10 ans plus tard le réseau 5 ou réseau noyé. Ce projet rassemblera 115 spéléologues dont une quinzaine de plongeurs spéléo en 12 ans. Le réseau 5 développe aujourd'hui plus de 18 km de galerie pour la plupart noyées ou en post siphon.

En spéléo « sèche » d'autres prolongements importants sont découverts par le SC Cuges dans le N9.

Ces découvertes récentes ont transformé la topographie du connu. Des études hydrologiques et géomorphologiques et une reprise complète de la topographie ont été menés en parallèle à ces explorations. Elles ont permis de préciser mais aussi de remettre en cause nos connaissances sur la cavité.

Ce diaporama qui relate les explorations a obtenu le 2 éme prix du film d'exploration lors du congrès de l'Union Internationale de Spéléologie qui s'est tenu fin Août 2005 en grèce.

Les résultats spéléologiques et scientifiques obtenus nous montrent que nos « vieilles » grottes peuvent encore avoir beaucoup de choses à nous montrer.

Historique des plongées :

Les 04/06, 10 et 16/05/1981 et 20/02/82 Jean-Charles Chouquet et Patrick Penez plongent les siphons amont et aval du réseau Solvay, à environ 4000m de l'entrée.


Description globale(par Philippe Brunet et Marc Faverjon - 2006)
52 km sous les Gras

En France 5 grottes dépassent (parfois de peu) les 50 km de développement. Aujourd'hui, la grotte de Saint Marcel d'Ardèche (Bidon, Ardèche), vient de rejoindre ce club très fermé et passe à la 5 ème place en devançant la dent de Crolle dans le Vercors. Le franchissement de la cotes mythique des 50 km de développement topographié permet de faire un petit point sur la santé plutôt bonne de la veille dame.

Le facteur déclenchant est la jonction le 18 juillet 2005 par Philippe Brunet ( Club AVENS) des pertes de la Cadière à l'ensemble du réseau. Le siphon de jonction fait 990 m pour une profondeur de 18 m. Son départ est à 2735 m de l'entrée de Saint marcel (c'est un S2). La traversée Perte de la Cadière / St Marcel ou plutôt St marcel /Cadière fait 4135 m (profondeur max 24 m). La variante Deloly /Cadiere (ou pour être dans le sens du courant Cadiere / Deloly) fait 2587,8 (-24) en 7 siphons. Cette jonction apporte 1847 m de développement au réseau et lui permet d'atteindre 51 200 m de long pour un dénivelée de 238 m (+137 m ; -101 m par rapport à l'entrée historique). L'exploration du réseau N17 au Nord est a permis d'atteindre 52350 m en avril 2006.

Le système comprend aujourd'hui 3 entrées naturelles : la grotte de Saint Marcel, la grotte Deloly et les pertes de la Cadière, 1 entrée semi naturelle : l'aven Despeysse et une entrée complètement artificielle : la partie touristique. 2 accès ne sont accessibles qu'en plongée : Cadière et Deloly.

Il se compose de 5 réseaux principaux :

Le réseau 1 ou galerie principale s'étend sur plus de 4 km vers le nord avec de très larges galeries, 20 mètres de large, dont une partie est aménagée pour le tourisme. Il se développe à 70 m. au dessus de l'entrée naturelle et connaît un concrétionnement important.

Le réseau 2 ou réseau Courbis débute dans le réseau 1 à 600 mètres de l'entrée naturelle. Il développe sur plus de 18 km de galeries peu concrétionnées dont les morphologies sont phréatiques. Il se dirige vers le nord-est et rejoint dans sa partie médiane l'aven Despeysse. Son développement altimétrique est en moyenne très proche de la position de l'entrée naturelle.

Le réseau 3 ou des Stéphanois se développe à l'ouest du système en proximité des gorges de l'Ardèche. Il comprend de belles galeries concrétionnés se développant à 30 m. au dessus de l'entrée naturelle. Deux séries de puits permettent de rejoindre les niveaux noyés de la cavité.

Le réseau 4 ou des Saint Marcellois débute à 3 km de l'entrée au lieu dit la Grande Barrière. Il se dirige vers le nord-ouest. Il est composé d'une large galerie phréatique et concrétionnée, en certain lieux plus chaotique et creusée au profit de fractures importantes.

Le réseau 5, d'exploration plus récente, est l'ensemble des galeries noyées et post siphon se développant sous et autour du niveau de l'Ardèche (-45 mètres par rapport à l'entrée naturelle). Il développe plus de 16 km est comprend la grotte Deloly et les pertes de la Cadière. Il est superposé avec les quatre autres réseaux. Huit points d'accès ont été découvert (puits ou galeries) au sein du réseau de St-Marcel ainsi que par la grotte Deloly.

Description détaillée :
Réseau Solvay (d'après les publications de Jean-Charles Chouquet et Patrick Penez)

Amont : S.1 (60m ;-5) ; S.2 (35m ;-6) shunté suivis de plus de 1500m de galeries dont une partie en ligne presque directe jusqu'à un superbe puits de 20m dont le fond est occupé par le S.3 (120m ;-40) arrêt sur étroiture.

Aval : deux siphons d'une centaine de mètres s'enchaînent puis une galerie descendante rejoint le S.3 (270m ;-25), arrêt sur rien en 1981.

 


S17 par Eric Hagege


S17 par Eric Hagege